Performances / Lectures

les baigneuses de la presqu'île

Je suis installée depuis deux ans, sur la Presqu’île de Caen, dans le troisième lieu du Collectif Bazarnaom :  Fabrique artistique, dans laquelle je suis engagée depuis 17 ans. Changer de territoire sur une friche-industrialo-portuaire de 600 hectares et l’appréhender dans sa grandeur sauvage, occupé par des habitant.es non recensé.es, à un moment inattendu de l’histoire collective, celle de la crise sanitaire. Artistes non essentiels, Précaires isolé.es, impossible d’esquiver !
Face à l’adversité, créer du lien sur la Presqu’île, se rencontrer, se rassembler…
Appréhender et se fondre dans ce paysage, en pleine transition urbaine où les enjeux fonciers et économiques écrasent, à coup de pelleteuse, des abris de fortune avec une population en survie qui se retranche dans des zones de non droits.

Lire la vidéo

Performance / Extrait vidéo ©Delma

Retrouver du sens dans nos pratiques, les miennes sont multiples, hors cases, parce-que transversales. Le projet a pour premier critère d’identifier les artistes les plus fragiles, ce qui constitue une valeur fondamentale : la solidarité entre pairs.
En tant que citoyenne et résidente sur la Presqu’île, j’ai proposé à l’équipe de questionner les conditions et pratiques de la prostitution, à partir des écrits de Grisélidis Réal, “Le noir est une couleur”.
Sujet délicat, d’une extrême violence dont nous sommes témoins, par la présence et l’activité de nos voisines que nous saluons chaque jour. Insoutenable miroir de l’exploitation sexuelle de ces femmes, dont les corps tremblent dans une abîme irréversible. 
Le nôtre est habité par une rage libertaire, transcendée par la puissance de la parole : Essentielle pour l’émancipation et le respect des femmes…

oralité

J’ai un appétit insatiable pour la littérature. Certaines écritures et quel qu’en soit le genre, sont de purs exercices de diction et de jeu. Dire, lire ou incarner une langue relève de la performance d’acteur. Et quand les auteurs sont présents, à vous écouter, c’est toujours un moment particulier, car vous donnez corps, voix, couleurs et intentions à leur écriture. C’est ainsi que j’ai rencontré et lu des auteurs comme Hisachy Okuyama, Michel Chaillou, Eric Fottorino, Carole Martinez, Minh Tran Huy… et pour ce qui est de Valérie Rouzeau, je suis allée beaucoup plus loin, adaptant son recueil de poésie  “Pas revoir” au théâtre, dans un monologue que j’ai incarné.
Mon intérêt pour la littérature m’a emmené auprès de François de Cornière, avec les Rencontres pour Lire, le Tanit Théâtre, Production Coup de Cœur ou le Musée Khômbol sur des lectures thématiques. Et pour finir, la radio est un espace que j’aime tout particulièrement pour lire et dire, comme dans les Éclats Dame.

lavieelleest
©Zelda Sans Arcidet

Performances dans le cadre de l’exposition : La vie elle estMusée Khômbol

AA012
©Driss Sans Arcidet

L’autoportrait aux chardons – Hisachi Okuyama – Musée des Beaux-Arts / Caen